mardi 29 mai 2012

Skeleton Creek T.1 de Patrick Carman


""Ca y est. Je suis mort." C'est ce que j'ai pensé pendant un instant, cette nuit-là."


Ryan un adolescent calme, fan d'écriture a pour meilleure amie Sarah, une jeune fille fan de vidéo et à la soif d'aventure. C'est pour cela qu'un soir ils décident d'entrer dans l'usine abandonnée et hantée de leur ville afin de savoir si la légende est vraie... C'est alors que se passe l'inattendu, Ryan tombe de l'escalier et se casse une jambe, mais ce n'est pas tout. Sur la vidéo de Sarah, l'on peut voir une ombre passer alors qu'il n'y avait personne. Allant contre l'avis de leurs parents, Ryan et Sarah continuent de se contacter et à mener leur enquête pour savoir ce qu'il s'est exactement passé dans cet usine et qui est ce fantôme...


   Titre Original : Skeleton Creek
   Éditeur : Bayard Jeunesse
   Nombre de pages : 189 pages



La couverture de ce roman m'a énormément attiré, je n'avais qu'une envie l'ouvrir. Alors c'est ce que j'ai fait et je suis tombée sur un site internet et un code, par chance j'étais à la bibliothèque et des ordinateurs étaient à ma disposition j'ai pu donc aller jeter un œil. Moi qui suis fan de film d'horreur, d'angoisse, j'ai adoré, je suis tombée sur la première vidéo de Sarah où l'on voit le fantôme. Je l'ai donc emprunté et l'ai lu en une soirée ! Écrit sous forme de journal intime, on apprend au fur et à mesure l'histoire, ce qui est arrivé à Ryan, pourquoi il est privé de sortie et surtout pourquoi il ne peut plus voir sa meilleure amie. Puis soudain il nous parle d'une vidéo reçue par son amie et nous note le lien. L'avantage de ce livre c'est qu'on découvre les vidéos en même temps que lui, et chaque vidéo nous donne envie d'en savoir plus, d'en découvrir plus sur ce fantôme et sur toute l'histoire qui l'entoure.

En résumé, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman interactif qui donne envie d'en voir toujours plus. J'attends de pouvoir lire les autres tomes avec impatience.

Dans le même style que ce roman : Cathy's Book de Sean Stewart et Jordan Weisman




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire