Les Shadoks : comics de Rouxel


"Et sur ce rien du tout nous bâtirons notre empire."

Ces drôles de petits oiseaux inventés par Jacques Rouxel ont eu un très long parcours, car outre l'animé qui était diffusé à la télévision il a été créé différentes planches pour divers magazines. C'est celles-ci que nous retrouvons dans cet ouvrage, entre les toutes première de Paris Match et les tous derniers dans Globe Hebdo, l'évolution de ces petites bêtes pleines de Non-Sens s'observe au fil des pages entre 1968 et 1993.


   Titre Original : /
   Éditeur : Éditions du Chêne
   Nombre de pages : 127 pages


Livre reçu dans le cadre de la Masse Critique de Babelio, pourquoi j'ai postulé pour ce livre ? C'est bien simple, quand j'étais petite, j'adorais regarder l'animé et je me suis dit qu'un petit retour en enfance serait sympa.
La couverture représente le chef Shadok, je la trouve très en accord avec l'univers Shadokien.
Les Shadoks sont une bande d'oiseaux de l'espace qui veulent construire leur propre planète, seulement les Shadoks ne font rien de ce qui nous parait logique. On les suit à travers les différentes planches des journaux dans lesquels ils ont été publiés.
J'ai choisi ce livre en connaissance de cause, je connaissais la "débilité" (car il faut dire ce qu'il est les Shadoks c'est débile) de ces oiseaux mais dans mon souvenir ces réflexions sans queue ni tête me faisait rire ou au pire sourire. Mais je n'ai pas retrouvé cette expression que j'avais dans mon souvenir. Mais le plus gros problème, ce n'est pas le fond, c'est plus la forme. J'ai eu un gros, très gros problème avec la forme. L'écriture tantôt en majuscule, tantôt en attachée n'était pas des plus lisible (surtout les phrases écrites en attachées) et il me fallait parfois rapprocher le livre de mon visage pour réussir à lire ce qui était écrit. Mais en plus le tout était un peu fouillis tout partait dans tous les sens, une fois il fallait lire de haut en bas, une fois de bas en haut ou encore une autre fois carrément pencher la tête pour pouvoir lire. Tout ça m'a tellement gêné que j'ai pensé à abandonner ma lecture. Bien que les "sketchs" ne m'ait pas accrochés plus que ça c'était vraiment ces écritures et ce manque de hiérarchie dans le texte qui m'ont gêné. Par contre il y a un truc que je n'ai vraiment pas compris, c'est "l'adaptation" du Malade Imaginaire en mode Shadok, j'ai trouvé que c'était vraiment du n'importe quoi, aucune logique, même en adoptant la logique des Shadok. Les phrases ne voulaient strictement rien dire. C'est vraiment la partie que j'ai le moins aimé de ce comics. Déjà que les planches précédentes ne m'avaient pas fait rire mais là c'était vraiment vide de sens alors que le reste était malgré tout logique (comme peut l'être la logique Shadok).

En résumé, je recommanderai ce livre qu'à ceux qui sont vraiment fans des Shadoks car quelqu'un qui a juste aimé les animés de l'époque ne vont pas forcément aimer ce livre.







Commentaires