vendredi 18 octobre 2013

Zoom auteur : Didier Hermand



Connaissez-vous Didier Hermand ? Non ? Et bien vous avez tort croyez-moi !

J'ai rencontré cet auteur il y a un peu plus de 3 ans, lors du Salon du livre de la ville de Bondues. La couverture du livre Les Lettres de Lou m'a intriguée et je me suis arrêtée. Comme quoi, une première de couverture bien faite a beaucoup d'influence sur les lecteurs. Mais c'est finalement ma mère qui était à mes côtés à ce moment là qui a acheté Pleure pas Noëlla. C'est d'ailleurs le premier livre que j'ai lu de cet auteur, et devinez où ? Dans un aéroport en Égypte en attendant après mon vol, et j'ai littéralement dévoré ce roman. Le style de l'auteur m'a vraiment touchée et j'ai trouvé l'histoire magnifique. Il est donc logique que l'année qui a suivi, un autre livre de cet auteur ait rejoint ma bibliothèque, aujourd'hui, je possède même tous ses livres et j'attends le petit dernier avec impatience !

Petit point biographique : 

Né le 27 avril 1959, Didier Hermand est lillois. Tout commence pour lui à l'âge de 16 ans où il décide de voyager et d'observer le monde qui l'entoure. A 23 ans il crée sa première entreprise pour enchaîner avec une seconde dix ans plus tard.
Quand la cinquantaine approche, sa passion pour l'écriture refait surface, il décide alors de vendre ses entreprises pour pouvoir s'y consacrer.
Aujourd'hui, il vit de sa plume et se consacre aussi bien à ses romans qu'à des biographies. Il lui arrive également d'animer des ateliers d'écriture avec des classes de primaire et de secondaire.

"Sensible et atypique, le romancier décrit avec justesse et authenticité les situations, les relations et les rencontres qui jalonnent et transforment parfois toute notre existence. Ses romans abordent des thèmes proches à chacun, notamment ceux concernant les rêves, les projets, les faiblesses, les doutes, et le sens de la vie… Ces thèmes concis ne s’embarrassent guère d’un décor somptueux : l’essentiel étant l’histoire des deux ou trois personnages bien ciblés qui se mesurent au destin.
Ses fictions nous renvoient à la réalité, à la vie tout simplement."

Ses livres :
(cliquez sur la couverture pour accéder à la fiche du livre)


Le Secret de Marine
Juin 2008


Embrasse les vivants pour moi
Septembre 2009

Les Lettres de Lou
Septembre 2009

Pleure pas Noëlla
Septembre 2009

Âmes Soeurs
Octobre 2010

Une Seconde Chance
Avril 2012


A paraître le 18 octobre 2013
"Le Marionnettiste"
(je ne sais pas pour vous mais j'adore la couverture !)





Et à l'occasion de ce nouveau roman, l'auteur m'a fait l'honneur de répondre à quelques petites questions :



Où trouvez-vous votre inspiration ?


Ma source d’inspiration, je la trouve dans les petites choses de la vie. Il y a toujours énormément d’idées qui me viennent lorsque je suis en voyage, dans les aéroports, les gares, les hôtels. Comme je suis plutôt timide, j’ai tendance à beaucoup observer les gens. Ils deviennent sans le savoir les héros de mes romans. Et puis il y a cette insatisfaction que me procure la réalité, qui me révolte aussi parfois… alors je la réinvente.


Combien de temps en général prenez-vous pour écrire un roman ?


Je n’ai jamais fait le compte. Parce que je ne sais jamais vraiment situer le moment précis, l’instant embryonnaire, où le travail a commencé dans mon esprit. Mais si on s’en tient au temps qui sépare la première phrase posée, à l’ultime correction du roman, je vous répondrai quatre à six mois. Tantôt avec une pénibilité douloureuse, tantôt avec une exaltation incontrôlable qui me permet de travailler dix à quinze heures d’affilée.


Lors de l'élaboration de vos romans, comment travaillez-vous (prenez-vous des notes, écrivez-vous dans l'ordre du déroulement de l'histoire ou dans l'ordre de vos idées...) ?


Mes livres s’élaborent en trois actes. Il y a d’abord un « travail » de rêverie. Je me laisse transporter par mon imagination jusqu’à ce que l’histoire ait pris forme, que les personnages aient acquis suffisamment d’épaisseur. Lorsque le film s’est déroulé plusieurs fois dans ma tête, que je le connais bien, je plonge dans l’écriture dans l’ordre de son déroulement. Je ne fais aucun plan, aucun schéma, mais au fur et à mesure que le roman avance, je prends quand même des notes en parallèle pour éviter les anachronismes. (âge, dates…) Puis je fais des recherches sur internet ou auprès des professionnels, pour coller le plus possible à la réalité. J’invente d’abord, et je contrôle ensuite.

 
Des projets d'adaptation filmographique ?

La maison de production « Les films du Sacré Cœur » m’a contacté il y a trois ans pour l’adaptation de « Embrasse les vivants pour moi ». À leur demande, j’ai écrit le scénario en collaboration avec Alexandre Bontemps, le réalisateur. Malheureusement le projet a été avorté, ou du moins repoussé pour des raisons budgétaires…


Pouvez-vous me parler de votre nouveau roman "Le Marionnettiste" ?


Au travers de ce roman, j’ai voulu raconter le voyage qui rapproche ou éloigne un homme et une femme d’aujourd’hui. Un commencement inexprimable, des intempéries, des éclaircies… la douleur de la séparation qui peut vous laisser complètement anéanti(e). Je tenais également à mettre dans la lumière des personnages atypiques, inattendus, qui portent en eux des valeurs qui me sont chères. J’ai décrit notre réalité contemporaine avec ses différences, ses injustices, à travers une histoire d’amour passionnelle. Le tout est enchevêtré dans une enquête policière. Quant à l’histoire que je raconte, je vous laisse le plaisir la découvrir par vous-même.


Avez-vous déjà des idées pour votre prochain roman ?


Les idées se bousculent toujours dans mon cerveau... Mais en ce qui concerne le prochain roman, j’ai dépassé le cap des idées et de la rêverie : il est déjà en phase d’écriture.


Et enfin, quels sont vos auteurs et vos livres fétiches ?


En haut de ma pile, il y a Romain Gary, « La vie devant soi », mais au risque de vous décevoir, je n’ai aucun auteur fétiche à proprement dit, ni aucun « livre de chevet ». Le choix serait trop difficile. Je lis sans modération, alternant avec des périodes d’abstinence dues aux nécessités de l’écriture. J’ai des lectures très variées, je viens de terminer le très beau roman de Grégoire Delacourt « La liste de mes envies », j’ai également lu « Attirances » de Didier van Cauwelaert, « Et puis, Paulette… » de Barbara Constantine. Je prends également beaucoup de plaisir à lire les auteurs plus proches de moi, dits (à tort) « régionaux », tels que Marie Burigat, Gilles Warembourg, Max Mercier, José Herbert, Patrick Lunant… ils sont de ma famille.



Encore mille mercis à Didier Hermand d'avoir pris le temps de répondre à mes quelques questions et surtout de la rapidité avec laquelle il m'a répondu.

Si vous voulez en savoir plus rendez-vous sur :

Mais aussi sur sa Page Facebook ou sur le site des Editions Atria



Toutes les photos proviennent du Facebook de Didier Hermand, je les ai prises AVEC SON AUTORISATION.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire