13 à table 2016


Oui, notre civilisation est parvenue à faire de la vérité une pute avec un goût irraisonnable pour le luxe.




Titre Original : /
Éditeur : Pocket
Prix : 5€
Nombre de pages : 282 p.
Année de parution : 4 novembre 2015




Résumé :

Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris cette année encore leur plus belle plume pour vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d'un thème : frère et sœur. 
Ceux qui s'aiment, ceux qui se détestent... Souvenirs d'enfance, vie commune, haine larvée ou avouée, à chacun sa recette. 
Douze fratries à découvrir sans modération.





Mon avis :


Je n'avais pas du tout, mais pas du tout !, prévu de lire ce recueil ce mois-ci (ou même cette année). Mais ma topine Azilis organise tous les mois un challenge qui s'appelle Un Mot, Des Titres qui consiste à avoir un mot imposé (tiré au sort par la main innocente (ou pas) d'Azilis) et de lire un livre avec ce mot dans le titre. Le mois de décembre s'est vu donné le mot : TABLE. Et je me suis dit que j'allais tenté l'expérience, je me suis donc inscrite et... j'ai oublié. J'ai donc commencé le livre 2 jours avant la date butoir et je ne l'ai terminé que mercredi. 



La couverture ne m'a pas marqué aux premiers abord, du jaune, du blanc, du rose... Ce sont surtout les noms qui attirent l’œil. Mais je viens de me rendre compte qu'en fait, ce sont deux mains qui essaient de se rejoindre et du coup, cette couverture colle parfaitement au recueil.




Ce livre est un recueil de nouvelles d'auteurs réputés, tous rassemblés autour d'une seule et même cause : Les restos du cœur. Chaque année depuis 3 ans, cette association réunis ces auteurs autour d'un seul et même thème. Libre ensuite à eux de l'adapter comme ils le souhaitent. Pour l'année 2016, le thème était la fraternité. Pour certains auteurs, je découvrais leur plume, pour d'autres je la retrouvais. J'ai donc pris grand plaisir à retrouver l'écriture de Maxime Chattam et Bernard Werber, deux membres de la Ligue de l'Imaginaire que j'ai eu la chance de rencontrer et bien sûr de déjà lire. J'ai beaucoup aimé la nouvelle de Bernard Werber, sa façon d'aborder le sujet m'a beaucoup plus. Mais j'ai préféré la nouvelle de Maxime Chattam, elle m'a aussi passionné qu’écœurée et croyez moi, même si ça n'en a pas l'air, c'est un compliment ! J'aime quand une histoire me fait réagir, aussi bien positivement par le rire, que négativement comme ce sentiment d’écœurement, cette ambiance malsaine qui nous entoure temporairement. Parce que pour moi, c'est tout simplement une preuve que l'auteur a atteint son objectif, qu'il a réussi à écrire de la manière qu'il fallait pour transmettre les émotions qu'il avait envie de transmettre. J'ai adoré suivre l'enquête dans laquelle nous a plongé Maxime Chattam et surtout, son évolution et son dénouement. Ces deux nouvelles là sont mes préférées, et ce n'est pas parce que je connaissais déjà les auteurs mais parce que qu'elles m'ont le plus marquées. Ces deux là et... Celle de Karine Giebel. J'ai beaucoup entendu parlé de cette auteure sans jamais prendre le temps de la lire. Je pense que le thème qu'elle a abordé ici n'est pas son style de prédilection (je la connais plus pour ses thriller) mais il m'a marqué par sa signification et son information. Elle s'est servie de cette nouvelle pour faire passer un message et c'est aussi une chose que j'apprécie dans la lecture. Quand l'auteur veut faire passer un message qui lui tient à cœur. Autre auteure que j'ai beaucoup apprécié découvrir : Agnès Ledig, j'ai aimé cette histoire hors du commun entre ces deux personnes... Je ne vais pas vous dire pour chaque histoire ce que j'ai aimé ou non. Mais voici les 4 auteurs qui m'ont marqués dans ce recueil. Je voudrais quand même vous partager celui que je n'ai pas du tout aimé : Stéphane De Groodt... Heureusement la nouvelle était très courte mais... trop de jeux de mots tuent le jeux de mots ! Et franchement, en avoir 10 par ligne, c'est vite lassant. L'histoire et l'écriture ne sont pourtant pas mauvaises, mais j'ai vite fait une overdose de jeux de mots. On retrouve d'ailleurs ce procédé chez d'autres auteurs dans ce recueil mais beaucoup moins dans l'abus, ce qui permet d'en sourire plutôt que de nous agacer.




J'ai décidé de ne pas mettre de note à ce recueil. Pour la simple et bonne raison que je ne juge pas une histoire mais 12. L'avantage et le désavantage avec un recueil de nouvelles, c'est qu'on découvre des auteurs vers qui ont ne se serait pas forcément dirigés de base. Ça nous pousse à sortir de notre zone de confort. Mais le désavantage, c'est que personne ne peut vraiment prouver ce qu'il vaut en une nouvelle, et que très vite, on peut se dire que ce n'est pas un auteur pour nous car on n'a pas adhéré à sa nouvelle. Je me suis promise de ne pas tomber dans ce piège. Et si un jour un roman d'un des auteurs qui ne m'a pas particulièrement plu ici me tente, je n'hésiterais pas à donner une nouvelle chance. Ce recueil a donc était une agréable lecture, mais je ne lirais pas d'autres recueils de 13 à table, je n'ai malgré tout pas trop adhéré. Et puis je préfère découvrir un auteur sur un roman entier (ou un recueil de nouvelles entier) que dans ce contexte où l'on ne fait que survoler.











Commentaires

  1. Merci pour ta participation (tardive) ;P !!
    (et je te ferais dire que ma main est tout ce qu'il y a de plus innocent d'abrod!!! Na!)
    (prochain rendez-vous avec AUSSI : tu en es?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien :)
      (pas sûre... Ca reste à prouver :P )
      Nope je n'en ai pas dans ma PAL et en plus j'ai pleins de livres à lire là. Le mois prochain peut être :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire