Songe à la douceur de Clémentine Beauvais




Il a le mal d'un siècle qui n'est pas le sien ;
Il se sent l'héritier amer d'un spleen ancien.
Tout est objet d'ennui pour cet inconsolable -
Ou de tristesse extrême, atroce, épouvantable.




Titre Original : /
Éditeur : Sarbacane (édition Exprim')
Prix : 15.50€
Nombre de pages : 240 p.
Année de parution : 24 août 2016




Résumé :

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur , c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.



Mon avis :

On ne change pas les bonnes habitudes, encore une fois je n'ai pas lu le résumé, pour acheter ce livre je me suis tout simplement basée sur les avis des blogueurs que je voyais passer (notamment celui d'Audrey du Souffle des mots qui en avait parlé dans une de ses vidéos -la vidéo de ses citations favorites- et m'avait grandement donné envie de le découvrir).

La couverture est jolie, j'aime le côté simple avec une écriture et quelques petites étoiles par-ci par-là. Mais elle est peut être un peu trop rose à mon goût, du coup je m'attendais vraiment à une romance jeunesse, ce qui n'est pas vraiment le cas.

C'est un roman en deux temps, le premier où Tatiana a 24 ans et Eugène 27 ans, ils se retrouvent par hasard dans le métro 10 ans après s'être quitté. Aussitôt Eugène ressent une attirance envers Tatiana qui est à présent devenue une jeune femme. Et puis, nous sommes propulsé dans le passé, 10 ans plus tôt à leur rencontre. A cette époque, c'était Tatiana qui éprouvait une attirance vers Eugène, même plus d'ailleurs. L'adolescente qu'elle était rêvait de grand amour, et avait jeté son dévolu sur le jeune homme qu'était Eugène. Mais le destin en a voulu autrement et à l'époque rien ne s'était passé entre eux... J'ai été surprise de découvrir que ce roman était en fait un long, long poème en vers libres. Je dois avouer avoir été un peu déstabilisée au début puis finalement, on se fait à l'écriture, devient vite fluide, poétique et le récit "coule" tout seul. On découvre une jolie histoire, j'ai beaucoup aimé le narrateur externe qui par moment s'adressait soit à nous soit aux personnages, c'était assez drôle. C'était le premier livre que je lisais de Clémentine Beauvais et je ne regrette pas, j'ai dévoré le roman à une vitesse affolante et j'en voulais plus. Mais, j'ai adoré la fin, une fin réaliste. En revanche, contrairement à d'autres personnes, ce n'est pas un coup de cœur, j'ai passé un bon moment, mais je n'ai pas été touchée plus que ça par l'histoire d'Eugène et Tatiana. Elle était mignonne mais sans plus. Ce que je retiens vraiment de ce roman est l'écriture, ce long poème qui donne une autre dimension au texte.

Au niveau des personnages j'ai vraiment adoré Tatiana, elle est aussi rêveuse que réaliste. Elle est franche et sensible. Elle donne envie d'en savoir plus sur elle.

En résumé, un très beau roman qui vaut la peine d'être lu mais que je ne compte pas parmi mes coups de cœur. Néanmoins, je vous le conseille car c'est une très belle découverte !



Biographie : Enseignante-chercheuse en sociologie et philosophie de l’enfance à l'université de York, dans le nord de l'Angleterre, Clémentine Beauvais a publié des livres pour enfants en France dont "On n'a rien vu venir" chez Alice Jeunesse, "Samiha et les fantômes" et "La pouilleuse".
Deux de ses albums ont reçu le soutien d'Amnesty International.
"Les petites reines" est élu Meilleur livre jeunesse en 2015. 
Elle écrit pour tous les âges, des plus petits aux jeunes adultes. 

Ses autres livres VF : Les petites reines / Comme des images / On n'a rien vu venir / La pouilleuse / La louve / Carambol'ange / Lettres de mon hélicoptère / Les royales baby sitters 1 - 2 / La plume de Marie / Les petites filles top modèles / Samiha et les fantômes / Va jouer avec le petit garçon 






Commentaires

  1. Une très belle découverte, c'est déjà bien ^_^ Perso, j'ai adoré ♥

    RépondreSupprimer
  2. Plus je vois les avis des blogueurs, plus il me tente :)
    Bon après le côté "en vers" je pense ça va me freiner un peu. Mais pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que ça surprend, après on s'y habitue ou pas ça dépend des personnes je pense ;-)

      Supprimer
  3. Je ne vois que des bons avis sur ce livre. Si seulement je ne détestais pas autant la poésie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avoue que oui, si tu détestes la poésie, il y a de grandes chances pour que ce livre ne te plaise pas :-/

      Supprimer

Enregistrer un commentaire