Timelapse de Nadia Richard



Ça t'arrive souvent de claquer des doigts toute seule comme ça ?





Titre Original : /
Éditeur : Michel Lafon
Prix : 14.95€
Nombre de pages : 316 p.
Année de parution : 22 juin 2017






Résumé :

Le jour des 18 ans de Samantha, le temps s'est arrêté. Piégée 48 heures dans un monde où tous ceux qu'elle aime sont transformés en statues de cire, Sam réalise avec effroi qu'elle est la cause de ce phénomène. La vie reprend son cours, mais Sam, elle, est persuadée de devenir folle. Pourtant son don est on ne peut plus réel. Et convoité.

Alors que M. Delatour, son professeur de physique, s'intéresse subitement à elle, la jeune femme réalise avec stupeur qu'elle est incapable de figer le nouveau de la classe, le mystérieux Matthias. Seraient-ils plus liés qu'elle n'ose l'espérer ?
Mais à trop jouer avec le temps, Sam pourrait bien finir par en manquer... car Delatour semble prêt à tout pour s'approprier son pouvoir, peu importent les conséquences.



Mon avis :

Quand j'ai lu le synopsis de ce roman j'ai tout de suite été intriguée. J'aime quand ça parle de problèmes spatio-temporels et tout le bazar. Alors forcément, un roman sur une fille qui arrive à figer le temps ! Je veux lire ! Je n'ai donc pas hésité une seule seconde quand l'occasion s'est présenté à moi de me le procurer.

La couverture... Aux premiers abords j'ai bien aimé la couverture que j'ai trouvé sympathique par rapport à l'histoire, elle collait assez. Puis, je me suis rendue compte que c'était l'auteure qui se trouvait comme modèle sur cette couverture et ça m'a gêné. Bizarrement, mon cerveau a tout de suite compris, auteur + couverture de son propre roman = imbu de sa personne. Mais ça c'était jusqu'à ce que je vois la vidéo sur la chronique de ma copine Azilis (avec qui j'ai lu ce roman en simultané) où Nadia Richard présentait son histoire. Je l'ai trouvé fraîche, pétillante et à l'opposé de l'idée que je m'en étais faite en la voyant en couverture. Les enfants, c'est une bonne leçon à retenir. Les préjugés c'est mal ! Du coup, mea culpa, désolée Nadia Richard ! Néanmoins, je ne cache pas que ça me surprend de voir une auteure en couverture de son propre livre de fiction.

Dès les premières lignes, l'auteure m'a conquise. Le personnage principal, Sam, m'a fait rire avec son naturel et sa franchise. Je vous mets cette réplique que je trouve tout simplement épique :


- Ah ! Sam ! Regarde ma dernière photo Instagram, stylée, non ?
- Ouais, euh... ben c'est toi, quoi ! constatai-je, un peu gênée, en louchant sur son écran.

Ce n'est pas grand chose, mais moi un personnage qui me fait rire (ou sourire), ça veut dire que l'auteure a déjà gagné une partie du pari car elle a su me faire aimer en un temps record son personnage. Très vite, on découvre que Sam est une passionnée de photographie, étudiante en fac et qu'elle a la côte auprès de son professeur dans cette matière car elle est de toute évidence très douée. L'auteure ne s'étale pas en préliminaires et rentre directement dans le vif du sujet. Très vite on découvre que le temps se fige et que, par le plus grand des hasards, Sam est elle en mouvement. Bien sûr on se doute que la responsable n'est autre qu'elle, ce qu'elle finit par découvrir. Puis très vite arrive un autre personnage, Matthias, qui va rentre les choses encore plus étranges, lui non plus ne se fige pas lorsqu'elle arrête le temps. Le début des questionnements arrivent et on suit les personnages à travers leurs sentiments, leur vie, leur quête de vérité. Commençons par les points négatifs, et malheureusement il y en a plusieurs... On se croirait au lycée et non à la fac, et puis surtout on se croirait dans un lycée américain alors que l'action se passe en France. C'est bête mais le langage trop, "genre t'sais quoi !" ça me gêne pour des personnes qui sont à la fac, et ça m'a encore plus gêné quand un prof s'est mit à parler de la même manière. Ensuite, le comportement des personnages, de part leur attitude et celle de leurs parents, on a l'impression qu'ils ont 16 et non 18 ans. On a l'impression d'être dans les premiers émois amoureux, que le monde est injuste avec eux, que leurs parents ont encore un trop grand contrôle sur eux ou les couvent un peu trop (et pour tous les personnages). Et puis leurs petites querelles qu'on a en général fini à la fac. On a presque l'impression qu'ils sont très peu dans la classe alors qu'il est très clairement dit qu'ils sont 200 dans un amphithéâtre. Comment Sam peut-elle tomber toujours sur les mêmes personnes ? C'est ce qui m'a gêné le plus dans ce roman, ces jeux de jalousies et du chat et de la souris entre les personnages. Plusieurs fois, j'ai donc levé les yeux au ciel quand tel ou tel personnage faisait un acte de jalousie, de mesquinerie comme on en fait au lycée. Dernier point négatifs mais qui par contre ne m'a pas gêné tant que ça. Les incohérences, les non-dits... Au début de l'histoire, on nous introduit un personnage qui au bout de quelques chapitres disparaît totalement du récit. Pourquoi ? Et puis, des choses qui se passent sans que ce soit expliqué, alors ça ne gêne en rien le récit ou l'histoire, mais personnellement, je reste avec quelques questions en suspens... N'allez pas penser que je n'ai pas aimé ce roman ! Je l'ai énormément apprécié, j'ai adoré passer un moment avec ces personnages hauts en couleurs et que je me suis mit à très vite apprécier. Et j'ai vraiment aimé la plume de l'auteure, elle est fluide, on prend plaisir à la lire (sauf quand elle nous paume à cause de son intrigue ou qu'elle tourne en rond pour laisser un peu de suspens, là j'avais tendance à m'agacer mais c'est perso, je n'aime pas être perdue dans un roman ou qu'on tourne trop longtemps en rond). L'histoire est très bien recherchée bien que pas assez exploitée à mon goût car un peu trop accentuée sur la romance et les rivalités... J'aurais aimé en savoir plus sur ce pouvoir. Mais, j'ai vraiment passé un super moment et je ne regrette vraiment pas d'avoir lu ce roman. 

J'ai adoré le personnage de Sam qui avait tendance à me faire rire, Matthias que je trouvais attendrissant (même si parfois agaçant) et Anna qui essaye de se donner un rôle sans tout le temps y parvenir. J'ai en revanche détesté Delatour que j'avais régulièrement envie d'encastrer dans le mur mais surtout qui me donnait des frissons...

J'ignore si un tome 2 est prévu, je pense que s'il y en a un, je le lirais car il me reste beaucoup de questions sans réponses, et j'aimerais vraiment les avoir. Et si ce n'est pas le cas, je pense que j'aimerais beaucoup poser ces questions à l'auteure pour comprendre certaines choses. Par exemple (pas de spoiler promis, c'est dit très tôt dans le roman), pourquoi Sam ne se souvient pas de l'enfance qu'elle a passé avec Matthias alors que celui-ci et leurs famille s'en souviennent très bien ? Bref, pour un premier roman, c'est bien joué ! 










Biographie : 
À seulement 25 ans, NADIA RICHARD est actrice et YouTubeuse. Elle joue notamment dans la série Cut ! (France Ô) et a une chaîne YouTube, Nad Rich’Hard, qui rassemble déjà plus de 500 000 abonnés et 31 millions de vues. Elle signe ici son premier roman, une aventure en dehors du temps, où magie et complot familiaux s’entremêlent.








Commentaires

Enregistrer un commentaire