Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de Dragons T.1 de Jasper Fforde


L'argent est une forme d'alchimie, m'avait souvent dit Mère Zénobie, il transforme de braves gens normaux en bêtes cupides, ne désirant qu'amasser toujours plus. 


Titre Original : The Dragonslayer trilogy, book 1 : The Last Dragonslayer
Éditeur : Fleuvre Noir (Collection Territoires)
Prix : 15.90€
Nombre de pages : 294 p.
Année de parution : 1 juin 2011



Résumé :

Depuis que la jeune orpheline Jennifer a été choisie pour tuer le dernier dragon, elle est la personnalité la plus célèbre de tout le pays. Mais elle se rend vite compte que les raisons de sa mission sont bien moins nobles qu'elle ne le pensait...

Mon avis :

J'ai lu ce roman dans le cadre du Challenge Un mot, des titres organisé par Azilis. J'ai d'ailleurs un peu de retard sur la publication de mon billet qui aurait dû être dimanche. Quand le mot "Moi" que j'avais d'ailleurs proposé est sorti, j'ai eu une multitude de choix, mais je me suis très vite dirigée vers ce livre que j'avais du mal à sortir de ma PAL depuis très longtemps car il ne m'attirait plus vraiment. C'est le problème quand on a une loooooongue pile à lire c'est qu'on se retrouve avec des livres qu'on a achetés il y a 5/6 ans et qu'on n'a plus forcément envie de lire... Bref, c'était l'occasion et j'en ai profité.

Je n'aime pas du tout la couverture, le dragon fait un peu clipart et je dois l'avouer le titre est beaucoup trop long ! Pourquoi ne pas se contenter du titre anglais "Le dernier tueur de dragons" ? C'était déjà beaucoup moins long... Mais ça n'aurait pas pu entrer dans le cadre de mon challenge...

Dès le début j'ai eu énormément de mal à entrer dans l'histoire. Pourtant c'était bien écrit, j'ai apprécié le caractère de Jennifer ainsi que des personnes qui l'entouraient... Mais, non seulement, tous les termes inconnus ne sont pas expliqués mais en plus, il aura fallu plus de 100 pages avant que l'on rentre dans le vif du sujet... Pour un livre de 290 pages ça fait beaucoup. Je suis d'accord pour mettre en condition le lecteur, et lui faire comprendre le personnage et l'univers, mais là c'était beaucoup trop long à mon goût. Même si je ne pense pas qu'il faille réduire car tout ce qui était dit lors de ces 100 pages est important, je pense qu'il aurait fallu parler des chasseurs de dragons bien avant. Deuxième inconvénient, de ce livre, j'avais l'impression qu'il me manquait des passages, je ne comprenais pas certaines discussions. J'ai relégué ça au fait que l'auteur n'explique pas tout de son univers mais ça m'a tout de même perturbé. Et enfin, dernier point négatif avant de passer aux positifs... L'orthographe et les fautes d'inattentions. Je suis la première à faire des fautes (j'ai la fâcheuse tendance de ne pas me relire) et surtout des fautes d'inattentions (je veux toujours aller trop vite) mais ce n'est qu'un blog. Ici, certaines phrases n'avaient aucun sens car il manquait une lettre ou il y avait un "e" au lieu d'un "é". Je trouve ça dommage... Passons aux points positifs, parce que oui, il y en a. J'ai beaucoup aimé l'univers créé par l'auteur, et le fait que ça parle des Dragons, je ne pensais pas que ça me plairait tant que ça et je suis presque déçue qu'on n'en parle pas plus. Et les créatures, les personnages... J'ai vraiment beaucoup aimé tout ce petit monde qu'on nous fait découvrir. Il y a également une vraie leçon de morale sous ce roman que j'ai beaucoup aimé. L'écriture est fluide, ça se lit vraiment tout seul. 

Au niveau des personnages j'ai eu un coup de cœur pour.... Le Quarkon ! Bon, c'est un personnage sans en être un, ceux qui ont lu comprendront. Et j'ai beaucoup aimé Maltcassion que j'aurais vraiment aimé découvrir plus. Grizz était aussi très attachant à sa façon. J'ai beaucoup aimé Jennifer pour ses convictions et les responsabilités qu'elle accepte d'endosser malgré son très jeune âge. Et enfin, mention spéciale pour Dame Mawgon qui est elle attachiante (pas d'erreur ici, elle est aussi bien chiante qu'attachante et c'est ce qui fait toute la beauté du personnage).

J'ai pu voir que seul les 2 premiers tomes de cette trilogie avait été publié, je trouve ça dommage de commencer une saga pour l'arrêter à un tome de la fin. Je ne sais pas si je lirai la suite. Peut être, car maintenant que j'ai intégré l'univers je pense que ma lecture sera un peu moins fastidieuse mais ce ne sera pas pour tout de suite parce que malgré tout cette lecture est loin du coup de cœur. Mais ce fut en tout cas une lecture sympathique. 




Biographie : 

Jasper Fforde est un écrivain britannique. Il a travaillé vingt ans dans l'industrie cinématographique en tant que responsable de la mise au point (de la caméra) sur des films tels que Haute-voltige ou encore Golden Eye, avant d'abandonner ce métier afin d'avoir plus de temps pour écrire. Son premier roman, L'Affaire Jane Eyre (2001), situé à la frontière du thriller littéraire et du conte fantastique, est devenu un livre culte aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Il avait pourtant essuyé 76 refus d'éditeurs avant d'être finalement accepté et publié par Penguin. Le livre a connu, dès sa sortie, un grand succès. 
On peut classer ces romans dans le genre light fantasy dans la mesure où l'humour en est l'ingrédient dominant.






Commentaires

Enregistrer un commentaire