Les chroniques de la faucheuse de Mickaël Druart

Il n'y a rien de plus beau, et de plus puissant que la passion pure et simple d'un rêve d'enfant.


Titre Original : /
Éditeur : Boz'dodor
Prix : 10€
Nombre de pages : 138 p.
Année de parution : 25 novembre 2017


Résumé :

Mortelles, Mortels, 
Peu avenante, la Grande Faucheuse jouit, depuis la nuit des temps, d'une réputation qui ternit, bien injustement, l'énergie d'hommes et de femmes qui s'évertuent, sans relâche, à prodiguer fauchages et agonies de qualité. Aussi, je vous prie de bien vouloir prendre connaissance, au travers du recueil qui suit, de leur quotidien, et des rencontres et péripéties qui le parsèment. 
Bien à vous, 
Josiane Smith, 
Secrétariat de la Grande faucheuse. 
PS : Pardonnez le sentimentalisme de ma secrétaire. Ce livre c'est mon best of, point barre. Vénérez-moi. Sa macabre majesté, La Grande Faucheuse.

Mon avis :

Je connais l'auteur, Mickaël Druart, depuis 8 ans déjà. J'ai donc connu également les débuts des Chroniques de la Faucheuse quand il s'agissait de texte posté sur le blog. Très vite, j'ai adoré non seulement l'écriture, mais aussi les histoires racontées. Je n'étais pas objective diriez-vous, ce sont les écrits d'un ami. Et pourtant, je peux vous dire que je croyais dur comme fer qu'il se ferait publier un jour et la preuve est, aujourd'hui je tiens ce roman entre mes mains. Une maison d'édition a reconnu son talent et je suis tellement heureuse pour lui car il le mérite amplement. Il a le talent pour raconter les histoires. Alors, quand j'ai eu la possibilité d'acheter ce recueil de nouvelles (et en plus de l'avoir dédicacé) je n'ai pas hésité une seule seconde à dégainer la carte bleue.

J'adore la couverture, qui était aussi la bannière du blog. Une superbe illustration faite par Silver et franchement je la trouve magnifique ! Elle illustre tellement bien sa magnificence qu'est La Grande Faucheuse.

Le roman commence sur une interview de la Grande Faucheuse et de sa secrétaire Josiane, on comprend de suite les caractères des personnages et en particulier, le caractère bien trempé de la Grande Faucheuse. Et puis commence la première nouvelle, que je connaissais déjà, que j'ai adoré à l'époque et que j'aime toujours aujourd'hui. Qui m'a donné des frissons en la lisant. "La petite fille qui avait fait pleurer la mort", je pense qu'il n'y avait pas plus belle histoire pour commencer ce recueil. S'en suis d'autres histoires du Royaume des morts, certaines nous font sourire, d'autres nous serrent le cœur et nous donnent envie de pleurer. D'une histoire à l'autre ce sont des sentiments différents qui nous traversent. Les nouvelles ne sont pas forcément par date chronologique et si nous faisons bien attention, nous pouvons retrouver certains liens entre les histoires. J'ai également adoré les commentaires de la Faucheuse avant chaque histoire qui ajoute un plus au fait que c'est elle qui partage ces histoires et personne d'autre.

Je ne peux pas parler de personnages préférés ici (même si bien évidemment la Grande Faucheuse et Josiane en feraient partie -chère Grande Faucheuse sachez tout de même que vous êtes loin devant Josiane). Je parlerai donc de mes nouvelles préférées : "La petite fille qui avait fait pleurer la mort", "Mamie fait de la résistance", "Les sept derniers jours d'un immortel", "La plus vieille promesse de Liza Ritzmaeker" et "Rendez-vous à Halloween". Même si je les ai toutes adorées, ce sont mes préférées.

Je suis tellement heureuse de tenir ce recueil entre mes mains, c'est un beau coup de foudre pour ces histoires. Tant d'émotions sont passées pendant ma lecture, et je ne peux dire que deux choses : foncez acheter ce recueil magnifique et Mickaël, toutes mes félicitations pour ce beau bijou ! Il mérite à être connu et partagé au maximum.




Biographie : 
"Professionnel de la petite histoire sur le coin d'une feuille, de la bonne idée nocturne oubliée au réveil, et des punchlines qui ne font rire que moi, je publie (malgré tout) mon premier livre aux Editions Boz'dodor en 2017.
Aidé d'influences littéraires, cinématographiques et musicales, je crée depuis l'âge de sept ans des petites histoires qui ont conduit, à partir de seize ans, à la création de mes premiers romans. Adepte des forums d'écriture, je finis néanmoins par ne pas barber mes camarades de plume avec d'indigestes pavés et m'essaye au format de la nouvelle. Ainsi naissent les histoires d'une Grande Faucheuse cynique, de sa secrétaire, et du monde où se côtoient les âmes de défunts hauts en couleurs.
Bref, les autobiographies, c'est pas mon truc.
Pardon pour tout."





Commentaires