Les liaisons dangereuses, Préliminaires T.1 : L'espoir et la vanité de Stéphane Betbeder et Djief


Je préfère penser au pire et avoir à le gronder que de ne point m'inquiéter et d'avoir à pleurer !



Titre Original : /
Éditeur : Glénat
Prix : 14.50€
Nombre de pages : 56 p.
Année de parution : 11 octobre 2017


Résumé :


L’innocence ne dure qu’un temps...

1755. Sébastien est un jeune et chétif garçon, sujet à de violentes crises d’épilepsie. Toute sa famille est préoccupée par son état de santé fragile, peu compatible avec son esprit aventureux. Alors que sa mère s’en inquiète auprès de la sublime Comtesse de Senanges, celle-ci décide de le prendre sous son aile. D’une grâce et d’une intelligence redoutable, elle devient pour le jeune garçon qui ne connaissait des femmes que ses servantes, ses sœurs et sa mère, l’incarnation même de la féminité. Elle lui apprend les codes de son monde, celui d’une aristocratie impitoyable, où jeux de masques, intrigues amoureuses et secrets d’alcôves font loi. Peu à peu, leur liaison évolue. Sébastien devient plus qu’un simple protégé...


Mon avis :

Je suis une grande fan du livre Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, alors forcément quand j'ai vu cette bande dessinée en proposition à la masse critique Babelio, je n'ai pas pu résister plus longtemps ! J'ai donc postulé, et j'ai été retenue ! Joie ! Quand j'ai ENFIN eu la bande dessinée entre mes mains, ma première réactions a été whaaaaouh, le feuilleter était un vrai bonheur pour les yeux !

Je suis fan de la couverture ! Ce dessin, les couleurs choisies, j'ai tout de suite eu un coup de cœur pour cette couverture

Quand on ouvre la bande dessinée, on se retrouve avec des dessins dont je n'ai pas compris la signification sur le coup, mais pas d'inquiétude, tout prend son sens au fil de l'histoire. Comme le dit si bien le titre, ce sont les "préliminaires", et plus exactement la jeunesse du vicomte Valmont. Ce cher vicomte Valmont ! Je n'avais, comme d'habitude, pas lu le résumé, et j'ai été surprise d'y trouver un jeune garçon fragile alors que dans ma tête Valmont a toujours été le mâle incarné ! C'est donc une surprise de le découvrir sous ce jour, mais j'ai apprécié car ça donne une autre facette au personnage. Dans ce premier tome, nous ne découvrons pas le vicomte Valmont, mais Sebastien, un jeune homme vivant avec sa mère et ses sœurs et essayant de trouver sa place dans la société. J'ai adoré comment chaque chose est amenée, comment nous sommes guidé d'événement en événement jusqu'à la fin. Là où je suis un peu plus sceptique, c'est sur les dessins. Au début j'étais émerveillée, quand je feuilletais mes yeux ne s'était attardé que sur certains dessins et les couleurs et je le trouvais magnifique. Malheureusement, je regrette quand dans certaines vignettes, les traits des personnages ne soient pas assez détaillés. On passe d'une bande à l'autre, voire même d'une vignette à l'autre, d'un dessin extrêmement travaillé à un dessin qu'on pourrait penser bâclé et je trouve ça dommage car ça donne une certaine irrégularité aux planches. De plus, je trouve la police d'écriture des bulles qui expriment la pensée de Sebastien assez mal choisies car j'avais parfois du mal à lire. 

Au niveau des personnages, j'ai bien aimé la comtesse de Senanges qui m'a beaucoup fait repenser à l'univers de Laclos et me donnait qu'une envie, relire Les liaisons dangereuses. Sebastien est également un personnage que j'ai apprécié, mais pour l'instant, il n'a pas le charisme que j'aime tant chez ce personnage, mais j'espère que les tomes suivant régleront ce problème.

C'est un bon premier tome, un peu plus de régularité sur la qualité des dessins le rendrait meilleur mais j'ai néanmoins passé un excellent moment avec cette bande dessinée. J'en lis très peu car j'ai tendance à trop facilement m'ennuyer dans les bande dessinées comme l'action ne commence que très rarement au premier tome (ou ce n'est qu'en général un préambule). Mais ici, j'ai retrouvé ce que je cherchais en demandant cette bande dessinée, j'ai retrouvé l'univers de Laclos, ces secrets, ces manipulations, ces tromperies... Je pense que je lirai le prochain tome, en espérant y retrouver ce que j'aime et y voir améliorer ce qui m'a déçue ici (et surtout retrouver un Sebastien plein de charisme !). 



Biographie :
Stéphane Betbeder est issu des Beaux-Arts d'Angoulême. Pourtant, bien que fan de BD, il a d'avantage étudié là-bas l'art contemporain, la photo, la vidéo. 
Après une "longue immersion sous apnée dans le milieu de l'art contemporain" (selon ses propres termes) et divers petits boulots sans intérêt, Christophe Bec lui offre sa première chance avec le scénario d'"Hôtel particulier" (première mouture d'Anna).
Stéphane a trouvé là la façon de concilier sa passion pour l'écriture et l'image. Et continué sur cette voix: il vient de débuter la série Alister Kayne, chasseur de fantômes avec Eric Heninnot aux éditions Albin Michel avant "Le Journal d'Abercrombie Smith" écrit pour Jean-François Solmon.


Biographie :
Djief est un dessinateur né en 1971 au Québec. Après des études de graphisme et un passage par l’infographie et le jeu vidéo, il se tourne vers la bande dessinée en réalisant des histoires courtes pour le magazine Spirou sur des scénarios d’Alcante. Avec Nicolas Jarry, il publie chez Soleil les deux volets de Tokyo Ghost et la série Le Crépuscule des dieux. Pour le même éditeur, il réalise par la suite en solo deux diptyques, l’un de SF intitulé White Crows et l’autre se déroulant dans le New-York des années 1920 intitulé Une rue en Amérique : Broadway.







Commentaires

  1. J'ai très envie de lire le classique, donc je verrai plus tard pour cette BD (qui me tente beaucoup).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! commence par le classique d'abord ;-) Je pense que tu apprécieras plus la BD ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire